Retourner à la liste des publications

Comparatif des résultats avant/pendant le confinement.

Posté le mercredi 13 mai 2020
Ecouter cette page

Préambule.

L’analyse du baromètre Handifaction que nous vous présentons s’appuie sur une comparaison entre les 5 654 réponses au questionnaire couvrant la période du 01 janvier au 16 mars 2020 et les 3 182 réponses au questionnaire pendant la période du confinement du 17 mars au 11 mai 2020.
Cette analyse est déclinée à partir de plusieurs variables : la France entière, les régions puis quelques départements.

France entière.

Tableau d'analyse de la France entière
Sur les résultats concernant la « France entière », on constate une baisse importante du taux de fréquentation de l’hôpital qui passe de 40,9% à 26,7%. A contrario, le taux de soins effectués par le généraliste a augmenté et est passé de 35,1% à 53,9%.
Nous pouvons souligner aussi que le taux de prise en compte de la douleur est en augmentation depuis le confinement, puisqu’il passe de 46,8% à 52,8%.
La situation liée au Covid-19 a eu un impact sur l’acceptation des accompagnants. En effet, on constate une diminution du taux d’acceptation de l’accompagnement qui passe de 73,8% à 63,7% dans les différents lieux de soins.
Le taux de personnes soignées a sensiblement baissé (environ 12 %).

Région Grand Est.

Tableau d'analyse de la région Grand Est
Le taux de fréquentation de l’hôpital reste stable, par contre on remarquera une augmentation du taux de fréquentation chez le généraliste qui passe de 43,8 % à 53,8 %.
Il est à noter une diminution importante du taux d’acceptation de l’accompagnement qui passe de 80,5 % à 60,8 %.
Les personnes vivant avec un handicap se sont mobilisées pour trouver un soignant après un refus, on constate que le taux de recherche d’un soignant après un refus est passé de 4,3 % à 8,6 %.
Enfin, la région Grand Est a eu une baisse de personnes soignées moins élevée que le national malgré les importantes difficultés d’accès aux soins liées au Covid-19.

Région Nouvelle-Aquitaine.

Tableau d'analyse de la région Nouvelle-Aquitaine
Comme pour le Grand Est, les généralistes ont vu leur activité augmentée dans des proportions importantes, en effet le taux de fréquentation de soins effectués par le généraliste est passé de 32,1 % à 49,1 %.
On remarquera aussi que le taux de recherche d’un soignant après un refus a augmenté pour passer de 6,2 % à 11,2 %.

Région Auvergne Rhône-Alpes.

Tableau d'analyse de la région Auvergne-Rhône Alpes
Trois éléments ressortent de l’analyse concernant la région Auvergne Rhône-Alpes.
En premier lieu, nous constatons une baisse significative de la fréquentation de l’hôpital qui passe d’un taux de 46,6 % à 31,3 %.
Deuxièmement, on remarque que les personnes vivant avec un handicap se sont orientées vers les généralistes pour réaliser leur(s) soin(s), puisque le taux de soins effectués par les généralistes augmente de 27,5 % à 44,8 %.
Pour conclure, le taux de prise en compte de la douleur est en forte augmentation puisqu’il passe de 33 % à 54,2 %.
Partie de plus bas dans le pourcentage des personnes soignées la région Auvergne Rhône-Alpes a vu son pourcentage de personnes soignées diminuer à hauteur de la moyenne nationale.

Région Bourgogne-Franche-Comté.

Tableau d'analyse de la région Bourgogne-Franche-Comté
On remarquera que le taux de fréquentation de l’hôpital a très nettement diminué pour passer en dessous des 20%.
A contrario, on constate une forte hausse du taux de soins effectués par les généralistes qui passe de 39,1% à 64,4%.
Les personnes vivant avec un handicap ont persisté dans leur recherche de soins après refus, en effet ce taux passe de 5,8% avant confinement à 11,5% durant le confinement.

Région Bretagne.

Tableau d'analyse de la région Bretagne
On notera que le taux de personnes ayant pu effectuer leur(s) soin(s) est resté stable à un niveau élevé (67%). Si le taux de fréquentation de l’hôpital a diminué de 40,2% à 23,5%, on constate que les généralistes, a contrario, ont vu leur activité augmenter de 37% à 61,7%.

Région Normandie.

Tableau d'analyse de la région Normandie
La baisse de la fréquentation de l’hôpital est significative (de 38,5% à 17,1%), avec en miroir une augmentation du taux de soins effectués chez le généraliste. Il est à souligner que durant le confinement, le pourcentage de personnes ayant pu effectuer leur(s) soins est resté stable aux alentours de 65%.

Région Île-de-France.

Tableau d'analyse de la région Île-de-France

On constate une baisse du taux de fréquentation des établissements hospitaliers durant le confinement (de 65,7 % à 34 %).
Le déplacement des soins s’est effectué vers les généralistes dont le taux de soins effectués a augmenté et est passé de 21,7 % à 55,2 %.

Région Occitanie.

Tableau d'analyse de la région Occitanie
L’analyse réalisée sur la région de l’Occitanie fait ressortir un taux de soins effectués chez le généraliste en hausse de 32,1% à 52,1% depuis le confinement.
Le taux de personnes soignées avant la crise sanitaire était relativement bas malgré les efforts des généralistes.
Le pourcentage des personnes vivant avec un handicap n’ayant pu effectuer leurs soins connaît une hausse sensible.

Nota bene.

Étant donné que le nombre de répondants au questionnaire Handifaction a été trop faible durant la période de confinement pour les régions Centre Val de Loire, Hauts de France, Pays de la Loire et Provence-Alpes-Côte d’Azur, il n’a pas été possible de réaliser des analyses étayées.
Nous vous présentons les 4 tableaux de ces régions sans remarque de notre part.
Tableau d'analyse des autres régions

Département du Calvados.

Tableau d'analyse du département Calvados
Le département du Calvados a vu son taux de fréquentation de l’hôpital baisser considérablement (de 23,7 % à 11,8 %).
Les personnes vivant avec un handicap se sont orientées davantage vers les généralistes. En effet, le taux de soins effectués par le généraliste est passé de 45,8 % à 61 %.
Il est à souligner que département du Calvados a réussi à maintenir un accès aux soins élevé (77,3 %) en direction des personnes vivant avec un handicap malgré la crise sanitaire.

Département de la Marne.

Tableau d'analyse du département Marne
Le département de la Marne, malgré la crise sanitaire a su maintenir à un niveau élevé (86,8%) son accès aux soins à destination des personnes vivant avec un handicap.
On constate que le taux de fréquentation de l’hôpital dans le département de la Marne est resté stable avec en miroir une augmentation des soins effectués chez les généralistes.
Si l’accès aux soins est resté élevé, on remarquera un fléchissement concernant l’acceptation de l’accompagnement mais aussi dans le taux de réponses obtenues aux questions posées.

Département du Morbihan.

Tableau d'analyse du département Morbihan
On remarquera que le niveau d’accès aux soins dans le département du Morbihan s’est maintenu à un niveau élevé (82,7 %) malgré une diminution du taux de fréquentation de l’hôpital qui est passé de 36,2 % à 21,4 %.
Les personnes vivant avec un handicap se sont orientées vers les généralistes, dont le taux de soins effectués est passé de 39 % à 63,8 %.
La qualité des soins a augmenté, notamment au niveau de la prise en charge de la douleur avec un taux qui est passé de 54,2 % à 61,9 % durant le confinement.

Paris.

Tableau d'analyse du département Paris
Il est à noter durant le confinement, une chute importante du taux de fréquentation de l’hôpital (de 64,3 % à 28,4 %) avec en miroir une augmentation importante de l’activité de soins chez généralistes (de 22,4 % à 64,2 %).
Les personnes vivant avec un handicap ont persisté dans leur recherche de soins après refus, en effet ce taux passe de 5,2 % avant confinement à 10,1 % durant le confinement.

Conclusion.

La période de confinement n’a pas été bonne pour l’accès aux soins des personnes vivant avec un handicap, mais il ne faut pas se décourager.
Nous pouvons voir notamment à travers les résultats de trois départements que la sensibilisation et la formation des soignants au handicap est essentielle, car elle permet même lorsque la période est difficile de faire face à la demande de soins des personnes vivant avec un handicap. Cela devrait nous encourager à mettre en place des formations et des sensibilisations au handicap dans toutes les universités françaises.

Pascal Jacob
Président de Handidactique